INAUGURATION DU GROUPE SCOLAIRE

Discours de M. Le Maire

Mr le Préfet, Ziad KHOURY

Mme la Député, Aude BONO

Mr le Sénateur, Antoine LEFEVRE

Mr le Président du conseil Départemental, Nicolas FRICOTEAUX

Mesdames, Messieurs les Maires

Mr le Conseiller Régional, Christian VANNOBEL

Mr le Conseiller Départemental, Philippe TIMMERMAN

Mr Le Président de la CCCP, Alain LORAIN

Le chef de la brigade de la gendarmerie de Sissonne, Adjudant FORTIN

Mr Le Directeur d’Académie, M. GENEVIEVE

Mesdames, Messieurs les adjoints

Mesdames, Messieurs les conseillers municipaux
Mesdames et Messieurs le directeur de l’école, les enseignants,
Mesdames, Messieurs les architectes, les représentants d’entreprises,
Chers amis,

Dans une vie de maire, il est très rare d’inaugurer une école publique. Ce moment est de ceux qui marque l’histoire d’une collectivité et je mesure l’honneur qui m’est fait.

Construire une école est une compétence municipale, sans doute l’une des plus importantes qui lui incombe. Elle consiste à mettre à disposition de l’Éducation nationale des locaux pour permettre aux enfants de construire leur avenir professionnel et citoyen.

Cet enjeu est crucial car la première marche de l’égalité républicaine, c’est l’entrée dans la scolarité. Et cette marche doit être à la même hauteur pour tous. C’est une conviction que nous partageons et qui justifie que nous mobilisions d’importants moyens publics.

La construction d’une école, c’est aussi le reflet de l’évolution d’une commune, de son histoire et de sa géographie, en effet ce site a connu la construction de classes après la grande guerre et celles d’autres bâtiments aussitôt la deuxième guerre mondiale.

Pour l’histoire (La Constitution de l’An III rend obligatoire la construction d’au moins une école primaire dans chaque canton ; en 1833, la loi impose la création d’une école primaire par commune ; les lois Ferry de 1881/1882 imposent la gratuité de l’enseignement public) et avec les grandes étapes de la construction urbaine de la ville (une nouvelle école témoigne de l’arrivée de nouveaux habitants et s’inscrit souvent dans la création d’un nouveau quartier…)].

C’est une première à Saint-Erme dans l’histoire de l’éducation nationale de regrouper toutes les écoles en un même lieu. Une école, c’est la vie du village, c’est aussi l’endroit où vont grandir en communauté de vie nos enfants. N’oublions pas que les enfants de l’école de SEV ne connaissaient pas les enfants  de l’école de Ramecourt.

Il faut savoir que pendant des décennies, les écoles maternelles et primaires étaient réparties en différents endroits de la commune, nous étions sur quatre sites. D’où la difficulté de mener à bien toutes les tâches liait à l’entretien journalier de ces bâtiments.

L’inauguration d’aujourd’hui clôt un très long processus. Nous savons tous les débats qui ont existé autour du projet, nos questionnements sur la capacité de la commune à le financer, les interrogations sur le nombre de classes et les équipements à prévoir… J’emploie le « nous » car c’est bien une œuvre collective qui voit le jour. Et je veux remercier toutes celles et ceux qui ont contribué au projet. Je pense aux financeurs qui ne l’oublions pas, sans eux notre projet ne serait jamais sorti de terre. …… [partenaires institutionnels, financeurs avec mention de leurs concours, architectes et entreprises, services municipaux, enseignants et parents d’élèves…]

Je tiens à remercier personnellement la préfecture, le président du conseil départemental, le conseiller régional pour avoir fait mettre en place le contrat de ruralitén, le conseiller départemental et le président de la CCCP.

Petit rappel des subventions :

DETR   682 747 €

API       675 000 €

Le contrat de ruralité   96 052 €

FRATRI  22 700 €

TOTAL  1 476 499 €

Le tout sur un projet de 2 594 000 €

La commune ayant réalisé un emprunt de 1 133 000 €

Tous ensemble nous avons construit un équipement qui comptera dans la vie de plusieurs générations d’enfants. Nous pouvons être fiers du résultat. Permettez-moi de rappeler quelques grandes données, 2000 m2 de surface, 10 classes dont 6 équipées d’un Tableau Numérique Interactif, 1 classe périscolaire, 1 cuisine et une salle de restauration de 140 m2 pour accueillir 220 élèves aujourd’hui dans un bâtiment BBC et mise en accessibilité.

Je pense que l’on peut se féliciter d’avoir pris cette belle initiative pour nos enfants et pour le bonheur des professeurs.

Je remercie encore mon conseil municipal de m’avoir fait confiance pour mener à bien ce projet qui est aujourd’hui une réalité.

 

Enfin je rappelle aux Saint-Ermoises et Saint-Ermois que cette école va enfin rassembler tous les enfants du village sur un même site et avec les mêmes avantages grâce à la proximité de la Salle Polyvalente et de la Bibliothèque.

Pendant des mois, nous avons regardé ce bâtiment à travers sa conception et son financement ; nous avons parlé de branchement, de peinture, de mobilier, de circulation… et de délais, forcément contraints. Je dois avouer que ce projet nous a donné, aux élus, aux services, au maître d’œuvre, quelques sueurs froides et quelques nuits blanches…

Aujourd’hui, ce qui importe c’est l’esprit dans lequel nous voulons l’inaugurer : un esprit de concorde, c’est-à-dire d’unité et de tolérance.

L’autre fondement que je souhaite défendre ici, c’est la laïcité. La laïcité, c’est la liberté de pensée, de conscience et de religion. Et une école publique est par définition un lieu de liberté, un lieu de lutte contre l’intolérance et le sectarisme.

Mettre en service une école publique n’est donc pas uniquement construire un bâtiment pour que nos enfants apprennent, c’est poser les fondements d’un avenir plus juste, d’une société plus tolérante et plus citoyenne.

C’est ce pouvoir de l’éducation, dans notre pays démocratique, que nous célébrons aujourd’hui. Il justifie à lui seul de construire des écoles comme celle que nous inaugurons.

 

M. Le Maire

Alain NORMAND